Simplification administrative et efficacité publique : oser l’approche progicielle ERP

06 mars 2012

Les administrations et établissements publics sont confrontés à des enjeux de transformation conséquents : amélioration continue de la relation citoyenne, responsabilité sociale et environnementale, réorganisation et partage des services face aux évolutions démographiques, à la décentralisation et aux réformes territoriales, exigences de résultats pour des financements moindres.

Les systèmes d’information sont au coeur de ces enjeux qui nécessitent des outils de gestion, de pilotage et de gouvernance performants.

L’occasion pour Éric Rublé, expert du secteur public, et Virginie Garlasain, chef de produit solutions Microsoft Dynamics, de débattre de la pertinence d’engager une démarche progicielle de gestion intégrée (ERP) pour le secteur public.

Séminaire en ligne

Mardi 27 mars 2012

de 11h00 à 12h00

Télécharger la présentation

Accéder à l’enregistrement

Webinar : vers une modernisation du système informatique hospitalier

26 janvier 2012

Les dépenses de santé croissent de façon inéluctable et la sophistication des soins augmente tous les jours. Pour réussir cette modernisation, il faut pouvoir optimiser l’usage des logiciels hospitaliers et donner aux personnels soignants les moyens de développer leur efficience individuelle et collective.

A l’occasion de ce débat, Raphaël Mastier présentera la stratégie santé de Microsoft et déclinera les solutions proposées dans l’hôpital. Julien Martinez détaillera l’accord-cadre Microsoft santé – Uni.HA qui permet de faciliter l’accès pour les établissements de santé à des solutions et services innovants à moindre coût.

Conférence en ligne jeudi 9 février de 11h00 à 12h00. Pour visionner l’enregistrement du séminaire, cliquez ici

Intervenants :
- Raphaël Mastier, Responsable de l’activité santé dans la division Secteur public de Microsoft France.
- Julien Martinez, Direction des systèmes d’information et de l’organisation (DSIO), Assistance publique – hôpitaux de Marseille (AP-HM)

 

World e.Gov Forum 2011 – Intervention de Muriel Charbonnier, Orange Business Services

20 octobre 2011

Muriel Charbonnier, directrice Agence comptes – Gouvernement et institutions d’Orange Business Services, partenaire du World e.gov Forum, est intervenue le 13 octobre 2011 au ministère des Affaires étrangères et européennes en introduction de la conférence sur l’amélioration de la relation numérique à l’usager donnée par Franck Riester, député de Seine-et-Marne, à l’occasion de la cérémonie de remise des Trophées du World e.Gov Forum 2011. Revivez son intervention en vidéo :

 

L’Agence Européenne de l’environnement utilise l’informatique en nuages

EEA
05 avril 2011

L’Agence Européenne de l’environnement (EEA) publie une information indépendante et fiable sur l’environnement, à destination des politiques et du grand public.
Lire la suite »

E-Santé: comment industrialiser l’informatique hospitalière: l’enregistrement du séminaire

02 mars 2011

Le World e.Gov Forum à invité Raphaël Mastier, responsable de l’Activité Santé dans la division Secteur Public de Microsoft France, pour un séminaire en ligne.

Visionnez l’enregistrement du séminaire

Lire la suite »

Patrimoine 2.0: le réseau social et la stratégie numérique du Louvre, séminaire en ligne

16 février 2011

Sybille Clochet et Anne-Myrtille Renoux ont présenté la communauté en ligne du Louvre, le 22 février. Consultez leurs présentations.


Lire la suite »

GRC. Avec un « C » comme Citoyen

15 février 2011

Le séminseminaire secteur public 2011 001.JPGaire client « Cercle Premier » organisé le 18 janvier 2011 par l’agence Grands Comptes Gouvernement & Institution d’Orange Business Services était consacré au thème de « La gestion de la relation citoyen selon Orange ». Réunissant des témoignages venant aussi bien des services de l’État que des collectivités locales, il a permis d’illustrer par l’exemple le pouvoir de transformation offert par les TIC pour que le service public redevienne un vrai « service AU public ».

Citoyen, Contribuable, Ayant-Droit, Administré, Électeur… Nous sommes tous des « Usagers » des services publics
L’émergence depuis 10 ans de l’administration électronique a eu tendance à positionner le Citoyen en tant que Client, afin de tirer parti de l’expérience du e-Commerce pour attirer et fidéliser des internautes. Depuis, le Web 2.0 a permis l’émergence d’une Administration 2.0 dans laquelle ce même citoyen devient lui-même acteur du service public dont il bénéficie. Cela permet de focaliser l’effort sur le développement de l’usage qui sera le seul vecteur permettant un retour sur investissement attendu naturellement de toutes les administrations : économies, réorganisation des effectifs, gains de temps, réduction des taux d’erreur… L’Usager est en conséquence aujourd’hui au centre de toutes les attentions.

Vis-à-vis de l’administration, l’Usager peut se trouver dans deux postures.

La 1ère posture correspond à une attente de l’Usager par rapport à la sphère publique. Son interaction avec l’administration a pour objectif pour lui d’obtenir quelque chose, un bénéfice, un avantage, ou tout au moins d’attirer l’attention de l’administration sur son cas : assistance, demande de subvention, réclamation, recherche d’information, sollicitation, inscription… Dans ce cas, l’Usager sera à la recherche de « plus » d’administration.

La 2nde posture concerne les situations dans lesquelles c’est l’administration elle-même qui va solliciter l’Usager : déclaration d’impôts, recensement, encaissement, statistiques… Rien de productif pour l’Usager, mais ces échanges sont nécessaires à l’administration dans sa fonction régalienne. Dans ce cas, le premier souhait de l’Usager, c’est d’avoir « moins » d’administration.

L’objectif premier de l’administration électronique doit être d’automatiser le plus possible d’opérations considérées comme une contrainte par l’Usager.
Cela permettra ainsi de dégager du temps agent qui pourra être consacré à plus de disponibilité pour traiter les demandes et les besoins de ces mêmes Usagers.

Les solutions de dématérialisation permettent l’automatisation des processus. Cette dématérialisation touche d’une part l’interface avec l’Usager, dans une approche multicanal, et d’autre part le processing en lien avec les systèmes d’information métiers. L’interopérabilité est un concept clé dans ce domaine.

En effet, notre Usager qui souhaite obtenir de l’administration un service particulier, se voit (trop) souvent demander des éléments en appui de sa demande. Que ces éléments soient produits par la sphère publique (extrait de naissance par exemple) ou de la sphère privée (justificatif de domicile par exemple), ils sont tous produits par des systèmes d’information sous forme numérique et peuvent donc, théoriquement, être échangés directement avec d’autres systèmes d’information.

A la clé de cette intégration des services, un meilleur service à l’usager, de la manipulation et du stockage de papier en moins, moins de fraude aux pièces justificative, un service rendu plus rapidement, plus économiquement et plus écologiquement.

L’administration électronique doit être une solution à la fracture numérique et ne pas l’aggraver.
Tous les usagers n’auront pas les mêmes capacités à bénéficier de la dématérialisation et des services en ligne. Que ce soit pour des raisons d’handicap, de moyens, d’éducation, voire de méfiance, l’administration électronique ne pourra jamais créer le système parfait qui pourra traiter à égalité tous les usagers. Mais plutôt que de freiner le développement de l’administration électronique pour ces raisons, très légitimes, d’inclusion, il est préférable d’intensifier la dématérialisation et d’automatiser le plus rapidement possible les procédures et les échanges qui le peuvent afin de dégager des ressources humaines au sein des services publics qui pourront ainsi être consacrés pour les plus fragiles, en développant ainsi accueil et écoute adaptés.

L’Usager peut avoir plusieurs profils : Citoyen, Étudiant, Entreprise, Association, Collectivité Locale, École, mais également Agent Public.
Tous ces profils ne sont bien entendu pas équivalents et doivent être considérés en fonction des caractéristiques d’usage. L’administration électronique doit être conçue par rapport aux besoins et aux attentes de ces différents profils d’Usagers, et le plus souvent avec eux. Le site www.ensemble-simplifions.fr de la DGME est une initiative qui permet d’appuyer l’action publique dans ce domaine sur une vraie coopération avec l’Usager. Dans cette approche, Orange Business Services généralise une approche centrée sur le « Parcours » de cet Usager. Qu’il soit Citoyen au sein de sa commune, Contribuable ou Entreprise, Orange Business Services identifie les événements de vie et modélise un Parcours intégrant les besoins et les attentes de cet Usager, avant, pendant et après l’événement qui nécessite son interaction avec l’administration. Les produits et services sont alors conçus pour accompagner les étapes de ce parcours, assurant leur adéquation et leur appropriation par les usagers. A la clé, un Usager satisfait et un retour sur investissement pour l’administration.

Voir aussi :

Article partenaire du World e.gov Forum,
par Marc Ribes, Futurologue secteur public, Orange Business Services.

L’Agence Européenne de Défense utilise une solution de collaboration en ligne

European Defense agency
01 mai 2010
Contenu publié par Microsoft, partenaire du World e.gov Forum

L’Agence Européenne de Défense (AED) travaille à la promotion d’une approche intégrée de la défense européenne, et de la collaboration dans les domaines de l’achat électronique, de la recherche et de la technologie.

Peu après sa fondation en 2004, les développeurs de l’AED ont mis en place une série d’outils en ligne améliorant la productivité. Les usagers peuvent accéder à toutes les applications par l’intérmédiaire de Microsoft® Office SharePoint® Server 2007, qui fait également office d’interface de collaboration des employés de AED sur leurs projets. Un tableau d’information électronique pour les contrats de défense change également la donne pour les appels d’offre et les paiements électroniques, en créant un marché compétitif européen de la défense. L’ensemble de cette solution technologique procure la base requise par l’Union européenne pour promouvoir un solide socle technologique de défense à l’échelle européenne.

Visionnez la vidéo ci-dessous (en anglais) pour plus de détails:

Plus d’informations: